Accueil du site

LTDP (2010)

  • LE TEMPS DES PRÉSENTS
  • Du 27 novembre au 31 décembre 2010.
  • "L’art contemporain au marché de Noël".
  • Co-Commissariat : Laurent Devèze



    Artistes : Maxime Peroz, Cécile Sigonney, Jérôme Vaspard, Pauline Repussard, Didier Bourdenet, Alexandre Domini.

    • Pauline Repussard
    • Maxime Peroz
    • Maxime Peroz
    • Cécile Sigonney
    • Cécile Sigonney
    • Didier Bourdenet
    • Didier Bourdenet
    • Alexandre Domini
    • Alexndre Domini
    • Jérôme Vaspard
























« Le temps des présents »

Noël, nous le savons tous, est le temps des possibles, le moment des bilans, et surtout celui des bonnes résolutions pour l’année à venir. Mais Noël est aussi le temps des cadeaux qu’on échange sous le sapin, des dégustations joyeuses, et des savoir-faire partagés. Noël est le moment où s’échangent des recettes familiales et où petits et grands oublient un temps leurs différends dans le plaisir partagé d’être ensemble.

Rien d’étonnant alors à ce que des créateurs contemporains aient répondu à l’appel des organisateurs du marché de Noël et de l’ERBA, car l’art contemporain est également une affaire de partage, de générosité, en somme de « présents » !

Six artistes sélectionnés par Laurent Devèze, Directeur de l’école et Julien Cadoret, commissaire de l’exposition, ont choisi d’investir six chalets du marché de Noël de Besançon : Didier Bourdenet et son travail sur la répétition, Alexandre Domini et ses réflexions sur l’espace, Maxime Peroz et son désir de Japon, Pauline Repussard et sa lecture critique de l’architecture, Cécile Sigonney et son rêve américain, et enfin Jérôme Vaspard en méditation quasi-théologique.

Chacun à leur manière, ils déclinent ce thème de la présence en ne décorant pas ces curieuses petites habitations de bois, mais en les gérant totalement comme une contrainte assumée, à la manière dont le peintre s’assure de la toile en la peignant. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les artistes ne seront pas regroupés en une sorte de « village gaulois », mais bien disséminés dans le marché entre vin chaud et cancoillotte, bouchées au chocolat et vin jaune, semblables en cela à l’ensemble hétéroclite de cadeaux qui gisent au pied des sapins de notre enfance.

Ces « présents » d’artistes tentent de relever également le défi de ce lieu magique qu’est la place de la Révolution où les bâtiments majestueux de l’Université se disputent la prééminence avec ceux du Musée ou du Conservatoire qui abrita longtemps l’Ecole Régionale des Beaux-Arts.

Espérant sincèrement que vous aurez envie de découvrir ces « cadeaux » et que ceux-ci, à l’instar des étrennes, trouveront un rythme annuel, il ne nous reste à espérer que, conformément à l’expression commune : notre plaisir d’offrir rencontre votre joie de recevoir !