Accueil du site

TLPDM (2015)

TOUS LES PRINTEMPS DU MONDE

Du 24 Mars au 12 avril 2015. Le Gymnase - Espace culturel - Université de Franche-Comté Fort Griffon - Besançon.

Artistes : Maxime Peroz, Fabien Guillermont, Per Hüttner, Adrien Chevrier, Maureen Colomar, Gina Ycossie, Dune Perez, Raphaël Navarro, Camille Millian, Apu Dhar, Monica Ching, Rilène Markopoulou, Apostolos Plahouris, Noriyuki Muraki, Antonin Lagarde, Moumen Bouchala, Maxime Duchanoy.

  • Antonin Lagarde
  • Apostolos Plachouris
  • Gina Ycossie
  • Maxime Peroz
  • Maxime Duchanoy
  • Fabien Guillermont
  • Adrien Chevrier
  • Rilène Markopoulou
























L’exposition présentée par l’ISBA et la galerie du Gymnase de l’Université, se propose de regrouper une sélection d’élèves et d’anciens élèves, de résidents venus de l’étranger et d’étudiants de l’Institut de retour d’un séjour long duré hors de nos frontières.

Le point commun de ces « jeunes pousses » de l’art contemporain étant d’avoir toutes et tous conçu leurs œuvres dans un rapport étroit avec leur expérience d’expatriation.

Nourris d’un ailleurs sans lequel leurs travaux ne seraient pas ce qu’ils sont, il nous a semblé important de donner à voir ce « Tout Monde » cher à Edouard Glissant.

Car « Tous les Printemps du monde » ne saurait se lire comme un événement à la gloire du village global tel qu’il est vanté, par exemple, dans le libéralisme américain, mais bien plutôt comme une invite à pénétrer ce réseau en rhizome que tissent, en un archipel d’expériences irremplaçables, nos artistes de demain. Nouvelle géographie d’un territoire de créateurs en devenir qui nous amène à repenser nos limites et nos cultures comme des espaces poreux faits d’influences réciproques et de dialogues impromptus.

Comment dire l’Autre, l’Etranger ? Comment se situer dans un lieu qui est éloigné de notre topologie habituelle ? Qu’est ce qu’une résidence loin de « chez soi » peut signifier aujourd’hui pour l’art et la création ? Autant de questions qui, à l’heure d’ERASMUS PLUS et de la génération des « Low Cost » et de leurs pratiques de voyage afférentes, se posent aujourd’hui avec acuité. Partir pour créer autrement, pour se nourrir en quelque sorte de ce chamboulement territorial, de cette ouverture à la différence quitte à la critiquer ou en manifester l’inintelligibilité, semble être une des sources d’un art qui se pense plus comme un mouvement perpétuel et nomade que comme la production statique de simples objets susceptible d’échanges tantôt or, tantôt verroterie.

Les artistes exposés utilisent des mediums diversifiés, usent de techniques singulières, sont issus de cultures et de classes d’âge différentes avec pourtant comme point commun cette certitude : que l’expérience du voyage a cristallisé leur attention et leurs productions. Loin de chez eux, ces Ulysse modernes ont tous, soit une aventure à conter, une confrontation culturelle à manifester, un itinéraire à refaire ou un retour à assumer, et ces traces pour divergentes qu’elles sont portent en elles une unité remarquable qu’est précisément ce désir de liberté et de goût du large.

C’est donc ce printemps chargé de toutes les essences du monde que nous vous invitons à partager avec nous, en une promenade qui loin des jardins trop clos ressemble plutôt à la « Méditerranée universelle » analysée par Gilles Clément. Mêlant ainsi volontiers des éléments endogènes ou exogènes à leurs cultures d’attache, les jeunes artistes sont prêts à vous faire partager leurs odyssées.

Curieux hommage au vieil aède grec, cette invitation au voyage d’un nouveau genre, loin de tout exotisme, vous propose d’embarquer pour une croisière qui guérit de toute tentation d’assignation à résidence comme autant d’attitude cyclopéenne. Ici et ailleurs l’on a besoin de ces deux regards comme de nos deux yeux.

Suède , Japon , Bangladesh , Suisse, USA, Chine, Côte d’Ivoire, étudiants et artistes issus de ces pays là ou élèves et anciens de l’ISBA y aillant séjournés vous donnent donc rendez vous le 25 mars 2015 à partir de 18h30 pour assumer le paradoxe d’une exposition qui empreinte son sens au désir nomade.

Et en effet, « Tous les Printemps du Monde » a vraiment été conçue par Laurent Devèze et Julien Cadoret comme une exposition-voyage. Alors n’hésitez pas venez vous « dé-paysez »avec nous !

LD.

Commissariat : Julien Cadoret / Laurent Devèze.