Accueil du site

Flexibles (2015)

  • Du 2 au 15 mai 215.
  • Espace Gandhi, Audincourt.
  • Festival "Libres regards".

    Artistes : Romuald & PJ, François Bénard, Eve Montchovet, Apu Dhar, Fanny Durand, Raphaël Duchanoy.

    • Apu Dhar
    • Fanny Durand
    • François Bénard / Fanny Durand
    • François Bénard / Raphaël Duchanoy
    • François Bénard / Fanny Durand
    • Fanny Durand
    • Romuald et PJ
    • Romuald et PJ / François Bénard
    • Romuald et PJ / François Bénard
    • François Bénard
    • Romuald et PJ / François Bénard
    • Eve Montchovet
    • Romuald et PJ / François Bénard


































Flexibles.

À l’invitation du festival « Libres Regards », Julien Cadoret a imaginé une exposition regroupant une sélection d’artistes, qui, au travers d’oeuvres ludiques et parfois décalées, soulèvent la question du "Genre". Certains envisagent cette réflexion autour d’objets et d’images issus de notre enfance et ancrées dans notre inconscient, comme les G.I Joe de François Bénard ou les images de contes de fées d’Eve Montchovet. L’un et l’autre révèlent ce qui est caché et toujours sous-jacent. Tandis que d’autres détournent ces contes, ces visions honoriques, pour les réactualisés extirpant de notre subconscient des flux d’images évocateurs (Raphaël Duchanoy). Ou perturbe les codes convenus de nos sociétés en s’inspirant de sa propre culture (Apu Dhar) et déconstruisant dans les nôtres ce qui peut signifie le genre par excellence (Fanny Durand). Enfin, Romuald et Pj n’hésitent pas à jouer d’outils et de matières peu ou proue connotés pour créer des sculptures des plus plastiques. Si ces œuvres se rencontrent, ici, c’est pour démontrer, qu’une réflexion, aussi sérieuse et importante qu ’elle soit dans nos sociétés, se traduit, aujourd’hui chez les artistes par des créations qui permettent de décomplexer ce statut sensible, ceci par des procédés divers et variés mais toujours accessibles. Les artistes ne remettent jamais en cause le sérieux et l’importance de ces ensembles. Bien au contraire, ce second degrés est une marque d’ingéniosité et de regard affiné. Et démontre que chacun est flexible. Souhaitons alors, que les spectateurs en face de même, jonglant entre lubrique et ludique, drôle et sérieux, mais toujours avec en fond de scène quelques réponses.